RÉVOLUTION

Publié le par EDUCASERVE

LA NUIT DU 4 AOUT 1789
 
C’était 3 semaines à peine après le 14 Juillet et la Prise de la Bastille.
 
Le 4 août au soir, le vicomte de Noailles réclame l'abolition des privilèges fiscaux, la suppression des corvées . Il est appuyé par le duc d'Aiguillon. L'Assemblée constituante, d'abord réticente, se laisse entraîner par un véritable délire qui a frappé tous les contemporains. « On pleurait, on s'embrassait. Quelle nation ! Quelle gloire ! Quel honneur d'être français ! », note un témoin.
 
Disparaissent d'un coup, dans l'élan qui emporte l'Assemblée, les corvées, les justices seigneuriales, les dîmes, la vénalité des offices, les privilèges fiscaux des provinces, des villes et des individus. C'est reconnaître l'égalité de tous devant l'impôt et devant l'emploi et achever l'unité de la nation. « Nous avons fait en dix heures, écrit un député, ce qui devait durer des mois. »
 
La nuit du 4 août doit être ramenée, en dépit de son retentissement, à de plus modestes proportions, car elle a eu surtout pour but de calmer les jacqueries ( révoltes de paysans ) qui menaçaient les intérêts de la bourgeoisie autant que ceux des nobles. Elle n'en a pas moins consacré l'abolition du régime féodal et des privilèges.
 
Viendra ensuite , le 26 août, la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, qui consacre la fin de l’Ancien Régime.
Puis, les 4 et 5 octobre, Louis XVI et la famille royale ramenés de Versailles à Paris, avec la suite que l’on connaît ( peut-être).
 
Chez nous, en ce 4 août de l’année 2017, “l’actualité nationale” tourne autour de la canicule et des bains de soleil, des incendies et des pannes de train... ah! j’allais oublier la vente d’un esclave-gladiateur moderne pour 222 millions de  sesterces !!!

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :