Le mutant inattendu

Publié le par Henri FOURNOLS

Les jardiniers connaissent ce phénomène : une énorme courge se développant soudain dans une plate-bande en est le plus parfait exemple.

Il en est de même dans nos sociétés.

Un petit cornichon ordinaire, très commun, que rien ne prédestinait à sortir de l'ombre, jaillit soudain en pleine lumière et grossit démesurément, par la faute d'un arrosage électoral trop excessif.

Il s'installe dans son jardin, s'y attire la sympathie de quelques grosses légumes, se reproduit et se ramifie en un vaste roncier de fleurs et d'épines.

Les fleurs sont destinées aux Serviles, empressés à l'excès, empreints de basse soumission, toujours prêts à flatter, sollicitant sans cesse menus avantages et quelques caresses.

Les épines sont réservées aux Rebelles, peu tentés par cette forme d'esclavage, farouches résistants à toute oppression.

Existent aussi les Indifférents, presque aussi lâches que les Serviles, aussi visqueux, complaisants, parfois même obséquieux quand l'Elu leur accorde quelque faveur pour les maintenir dans leur coupable neutralité.

Ainsi naissent, dans nos villes et nos campagnes, des tyranneaux sans envergure, toujours malhonnêtes, injustes, malfaisants, parfois cruels.

Et le seul herbicide qui peut venir à bout de ces cancers de la flore se nomme Démocratie, qui ne peut s'imposer que par le courage des hommes.